dimanche 30 août 2015

TROYES - Ouvrières de la bonneterie



ù
Dans l'industrie de la bonneterie, à Troyes en 1906, les femmes constituent 52 % de la population active troyenne, soit 5640 ouvrières (contre 5500 hommes) réparties dans une cinquantaine d’établissements. En 1921 la proportion de femmes dépasse les  60 %. Ce qu'illustre cette carte postale. Jusque dans les années soixante, Troyes est une ville où la place de la femme est considérable dans les ateliers de bonneteries.
Posted by Picasa

lundi 10 août 2015

TROYES Confiserie de l'Est REBOURS

Usine détruite en 1940 (anciens Trinitaires de Saint-Jacques, av. du 1er mai Troyes)
Les Trinitaires à Troyes

Les Trinitaires s’établirent à Troyes hors des fortifications en 1260, sous la protection de Thibaud V, quelques décennies après leur installation à Neuville sur Seine et Courteron. La communauté était constituée de sept Mathurins, implantés au faubourg de Preize, au nord de la ville, sur un emplacement occupé précédemment par les Cordeliers. Thibaud V les dota de quelques revenus.
Lors des guerres de Religion, plus précisément pendant la Ligue, en 1590, le couvent fut rasé sur ordre du comte de Saint-Pol, afin d’assurer la défense de Troyes. Les Mathurins s’installèrent alors dans l’Hôpital de la Trinité (l’Hôtel Mauroy) avec la charge d’instruire les enfants. Cependant les Frères s’accommodèrent mal de la vie intra muros et demandèrent à s’implanter en dehors des murailles, arguant l’air contagieux qui régnait dans cet hôtel. En 1594, ils obtinrent le droit d’occuper le prieuré Saint-Jacques, hors des murs de la ville, dans les faubourgs Saint-Jacques
à l’est de la ville, conservant la charge de l’instruction des enfants.
Ce prieuré, relevant auparavant de l’ordre de Cluny, connut de profondes transformations au XVIIIe siècle. En effet, en 1735, du fait de la vétusté des lieux, le prieur de La Manière demandait au général de l’ordre l’autorisation de reconstruire les bâtiments. Il faut attendre 1775, sous le prieur Mauche, pour que cette reconstruction devienne effective. L’architecte, Brongniart, oublia les règles de simplicité et de dépouillement pour l’édification des nouveaux bâtiments. Le nouveau prieuré fut achevé en 1783, mais les Frères ne purent en profiter que quelques années. En effet, confisqué à la Révolution comme bien national, il fut revendu en 1790. En 1795, il devint manufacture de toiles peintes à la mode des « indiennes ». Au début du XIXe, une filature de laine s’y était installée, vendue en 1824 pour se transformer en atelier de sparterie (fabrication de tapis, brosses...). En 1879, la propriété redevient une filature de laine pour laisser la place en 1884 à une chocolaterie. Les bâtiments sont définitivement détruits par des bombardements aériens en juin 1940.
Sources : LES TRINITAIRES DANS L’AUBE par Jean Murard, conférence donnée à Bar-sur-Seine le 1er juin 2001 

vendredi 7 août 2015

Bonneterie René PIAT Ste-Savine - Troyes


La S.A. la bonneterie de l'Aube fait édifier une usine de bonneterie vers 1930, qui est exploitée à partir de 1934 environ par René Piat. On fabrique dans cette usine le bas diminué sur métier rectiligne. La cessation d'activité intervient vers 1970, et laisse place à un magasin de vêtements. En 2013 (complément d'enquêt), il n'y a plus aucune activité sur le site, la dernière étant une salle de sport désormais fermée. Présence d'un cours d'eau qui a pu être utile pour l'installation de l'usine de bonneterie. Sources : 
 http://inventaire-patrimoine.cr-champagne-ardenne.fr/
Bonneterie de Ste-Savine, voir le dossier de J-L HUMBERT : http://www.associations-patrimoine.org/filemanager/files/concours2008/10stesavine6e6.pdf

Métier SCOTT :
 Le métier circulaire (métier Komet, métier Scott Scott) fait le tricotage en ronde. Le bas ou la chaussette. n'aura pas de couture. Le tissage se fait à la partie supérieure du métier . Le métier fait lui-même le talon et la semelle. Les bas sont tirés vers la partie inférieure et tombent dans un pot. Ils sont tous attachés les uns aux autres. Il suffira de tirer un fil pour les séparer et de remmailler (fermer) la pointe pour que chacun des bas soit terminé. 
Clic : Source

dimanche 2 août 2015