mercredi 7 juin 2017

Reines des Fêtes de le Bonneterie à Troyes

Carte-photo très rare signée au dos L. Brunon. On aperçoit les Reines sur le podium. Année ?

dimanche 4 juin 2017

Bonneterie C. GOLDE -Ste-Savine - Troyes


1939

Lingerie de Luxe en Nylon - GOLDE Troyes
Demande d'échantillons gratuits adressé à M. VALTON L. et posté à Troyes (années 50)
Louis Valton était chemisier à Argenton sur Creuse (cf. Argenton et son histoire n°14, 1997)

Rare document - Offre vente directe au consommateur
C. GOLDE, 15, rue Montgolfier, 1939

ETABLISSEMENTS GOLDE - RCS Troyes B 552 880 304
Activité  Fab. d'articles divers en bonneterie 
Siège social  13 Place Audiffred 10000 TROYES  
Forme juridique  Société à responsabilité limitée - SIRET  552880304 
RCS  Troyes B 552 880 304  - Capital social  1.524,49 EURO 
Immatriculation  04-02-1955  - Radiation  12-11-2009  Nationalité  France 


Posted by Picasa

lundi 29 mai 2017

mardi 23 mai 2017

Usine du Moulin de Paresse - Troyes

Vue actuelle du vannage sur la rue des Bas-Trévois
Une usine oubliée !
Usine de Paresse Thévenot-Finet, vue en juillet 1898.
Le bief de l'ancien moulin dit de "Paresse", côté rue des Bas-Trévois
Usine de Paresse Thévenot-Finet, vue vers 1890 depuis le canal de la Haute-Seine à hauteur du Port au Bois. Imposants bâtiments à la belle architecture malheureusement disparus. 
Aujourd'hui il ne reste qu'une partie du bâtiment de droite et un autre sur l'arrière de l'usine.

 Usine de Paresse vue depuis la rue des Bas-Trévois. Le canal des Bas-Trévois est à droite et on voit le bras de Paresse qui commence à cet endroit où se trouvait l'ancien moulin de Paresse.
Illustration représentant l'usine de filature, puis de teinturerie TBT, entre le bras de Paresse, vannage dans le canal des Bas-Trévois, en bas à gauche et le canal de la Haute-Seine, en haut.
Usine dite de PARESSE, du nom d'un ancien moulin des Bas-Trévois à Troyes (Aube)
Cartes postales de l'écluse du canal de la Haute-Seine et du Port au bois (bld Jules Guesde). A gauche l'usine de Paresse construite vers 1864, devenue Teinturerie des Bas-Trévois en 1937.
Augustin Thévenot fait construire une filature de coton, puis une teinturerie peu après 1870, à côté de son usine du moulin de Paresse qui n'existe plus. Cette filature et cette teinturerie deviennent la propriété de la famille Finet avant la première guerre mondiale et les bâtiments semblent agrandis dans la première moitié du 20e siècle. Depuis la fin de la seconde guerre mondiale jusqu'à nos jours, seule la teinturerie continue de fonctionner sous la raison sociale Teinturerie des Bas-Trévois. Source : Inventaire général du patrimoine culturel   clic photos
Troyes a été longtemps un fief de la teinturerie française avec de très grosses entreprises : Clément Marot, la TEO, La Teinturerie de Champagne (devenue France Teinture), la Sotratex, la STT et la Teinturerie des Bas-Trévois pour ne citer que les plus importantes. Toutes ces usines ont dépassé les 2 000 emplois. Jorge D'HULST à propos de la fermeture de la Société Troyenne de Teinture (STT) rue Largentier. 
Remarquables et rares photographies anciennes de l'usine de Paresse vers 1890 qui précisent ce que les cartes postales ne nous ont pas montré.

Ce beffroi campanile ne déparerait pas la ville moderne !
Possédait-il des cloches ou était-ce un phare qui éclairait la Capitale de la Bonneterie ?

Entrée atelier, tour avec horloge et bureau
 Le Bureau de l'entreprise
Vue de l'usine et du jardin, 1890
L'usine était située à l'emplacement de l'ancien moulin de Paresse (la roue tournait lentement par manque d'eau, d'où son nom !), entre le 15, rue des Bas-Trévois et le canal de la Haute-Seine à hauteur du Port au bois, (boulevard Jules Guesde depuis son comblement à partir de 1959).
  Voir aussi article de Jean-Louis HUMBERT pour le CRDPPosted by Picasa

jeudi 23 mars 2017

Fanfare PETIT BATEAU en 1958, où il est question d'une caisse noire...


Les conditions sont simples, nous prenons à notre charge le déplacement, l'hébergement, nous faisons la publicité gratuite pour notre Usine en distribuant aux Enfants des cadeaux. Nous demandons seulement 20.000 (vingt mille francs) pour nos Soldats et la caisse noire de notre Société.

Fanfare PETIT BATEAU, boulevard du 14 juillet TROYES, années 60