vendredi 11 mai 2018

TROYES Fabrique Aube Bonneterie - FAB - Bas l'Empereur

Mauvaise payeuse ?
Voyez : http://oeil-americain2.blogspot.fr/2011/01/fabriques-aube-bonneterie.html

vendredi 13 avril 2018

TARGA de TIMWEAR - Troyes et Reims

Targa marque de TIMWEAR, lancée par la Groupe Pierre Lévy en septembre 1969.

Tricotage Industriel Moderne »Timwear« Société, S.A., Paris

C'est l'usine SOCOMAILLE (Société Industrielle de la Maille) 98, faubourg Croncels qui produisait les vêtements de Timwear.

Histoire de Timwear à Reims
En 1924, une entreprise de production de bas et de chaussettes, la Société rémoise de bonneterie, achète le terrain actuel rue du Docteur Schweitzer alors appelée rue de Courcy. Jusqu’à 300 salariés officieront dans ces locaux. 

En novembre 1956, l’entreprise parisienne « Timwear » achète les locaux et inaugure sa succursale à Reims qui deviendra la seule usine régionale de fabrication du tricot entièrement tricoté à la machine. 

Timwear a été racheté en 1962 par le groupe Devanlay-Lacoste. 

En 1968, ce sont près de 800 personnes, majoritairement des femmes, qui travaillent alors dans l’entreprise rémoise. 

Comme dans beaucoup de secteurs industriels, Timwear subira de plein fouet la fin des « 30 Glorieuses », l’obligeant à se scinder en deux sociétés en 1978 : la Société rémoise du textile (S.R.T.) et Timwear. La production sera délocalisée à Troyes en 1987. 


La société d’économie mixte Reims Développement acquiert à cette date les bâtiments de ce qui est alors devenu une « friche industrielle ». 

En 1991, les locaux des anciens Établissements Timwear se transforment en Centre d’activités Schweitzer. Ils sont aujourd’hui propriété de la Ville de Reims. 

Une partie des locaux est aujourd'hui occupée par la « friche artistique » la Fileuse. Issue d’un projet de la Ville de Reims mené en concertation avec les acteurs culturels du territoire, la Fileuse accompagne les artistes en création et favorise le croisement des disciplines artistiques. Cette friche artistique en activité depuis novembre 2011 fut inaugurée en novembre 2012.

 




lundi 12 mars 2018

Usine du Moulin de Paresse - Troyes

Vue actuelle du vannage sur la rue des Bas-Trévois
Une usine oubliée !
Usine de Paresse Thévenot-Finet, vue en juillet 1898.
Le bief de l'ancien moulin dit de "Paresse", côté rue des Bas-Trévois
Usine de Paresse Thévenot-Finet, vue vers 1890 depuis le canal de la Haute-Seine à hauteur du Port au Bois. Imposants bâtiments à la belle architecture malheureusement disparus. 
Aujourd'hui il ne reste qu'une partie du bâtiment de droite et un autre sur l'arrière de l'usine.

 Usine de Paresse vue depuis la rue des Bas-Trévois. Le canal des Bas-Trévois est à droite et on voit le bras de Paresse qui commence à cet endroit où se trouvait l'ancien moulin de Paresse.
Illustration représentant l'usine de filature, puis de teinturerie TBT, entre le bras de Paresse, vannage dans le canal des Bas-Trévois, en bas à gauche et le canal de la Haute-Seine, en haut.
Usine dite de PARESSE, du nom d'un ancien moulin des Bas-Trévois à Troyes (Aube)
Cartes postales de l'écluse du canal de la Haute-Seine et du Port au bois (bld Jules Guesde). A gauche l'usine de Paresse construite vers 1864, devenue Teinturerie des Bas-Trévois en 1937.
Augustin Thévenot fait construire une filature de coton, puis une teinturerie peu après 1870, à côté de son usine du moulin de Paresse qui n'existe plus. Cette filature et cette teinturerie deviennent la propriété de la famille Finet avant la première guerre mondiale et les bâtiments semblent agrandis dans la première moitié du 20e siècle. Depuis la fin de la seconde guerre mondiale jusqu'à nos jours, seule la teinturerie continue de fonctionner sous la raison sociale Teinturerie des Bas-Trévois. Source : Inventaire général du patrimoine culturel   clic photos

Troyes a été longtemps un fief de la teinturerie française avec de très grosses entreprises : Clément Marot, la TEO, La Teinturerie de Champagne (devenue France Teinture), la Sotratex, la STT et la Teinturerie des Bas-Trévois pour ne citer que les plus importantes. Toutes ces usines ont dépassé les 2 000 emplois. Jorge D'HULST à propos de la fermeture de la Société Troyenne de Teinture (STT) rue Largentier. 
Remarquables et rares photographies anciennes de l'usine de Paresse vers 1890 qui précisent ce que les cartes postales ne nous ont pas montré.

Ce beffroi campanile ne déparerait pas la ville moderne !
Possédait-il des cloches ou était-ce un phare qui éclairait la Capitale de la Bonneterie ?

Entrée atelier, tour avec horloge et bureau
 Le Bureau de l'entreprise
Vue de l'usine et du jardin, 1890
L'usine était située à l'emplacement de l'ancien moulin de Paresse (la roue tournait lentement par manque d'eau, d'où son nom !), entre le 15, rue des Bas-Trévois et le canal de la Haute-Seine à hauteur du Port au bois, (boulevard Jules Guesde depuis son comblement à partir de 1959).
  Voir aussi article de Jean-Louis HUMBERT pour le CRDPPosted by Picasa

vendredi 16 février 2018

TROYES BONNETERIE " BAS EXCITING " 1er RAM


Voyez : http://oeil-americain2.blogspot.fr/2011/07/bas-exciting-sosiete-industrielle-de.html

http://oeil-americain2.blogspot.fr/2011/08/bas-exciting-troyes.html?m=1